UN AUTRE MODELE

L’année dernière en novembre, le quotidien Ziarul Financiar a publié la liste des 100 managers les plus admirés de Roumanie. Résultat : il y avait presque un tiers d’étrangers dans ce palmarès. Pour la deuxième année consécutive, la première place était occupée par un étranger.

Quand je travaillais dans le domaine du recrutement, les candidats pour un poste de top manager me posaient souvent la question suivante: « Mon patron sera-t-il roumain ou étranger ? » Et beaucoup ne donnaient pas suite s'il ne s'agissait pas d'un supérieur hiérarchique expatrié. Mais depuis onze ans que je suis ici, j'ai observé quelques change- ments. Il me semble que la génération des Becali, Patriciu ou Columbeanu arrive à sa fin. Un très bon indicateur est que la couverture médiatique les concernant ne cesse de chuter ; ces personnes ne sont plus en vogue, ils ont perdu leur fonction de modèle, un modèle trop axé sur l'argent, l’égocentrisme, ne favorisant pas le partage et le respect de l’individu. Sans nul doute, la présence depuis plusieurs années de managers étrangers en Roumanie a beaucoup fait pour atténuer ce paradigme. Les managers roumains eux-mêmes ont senti qu'il fallait changer, être à l'écoute de l'autre, respecter davantage certaines valeurs et penser à long terme. Même s'il reste du chemin à parcourir, évidemment.

A noter par ailleurs une nouvelle « race » de mana- gers roumains : ceux qui ont fait leurs études à l'étranger pendant plusieurs années – et pas seulement un stage de quelques mois. Le tout est de savoir les garder ici en leur proposant des conditions de travail optimales. Ceci étant, lors de séminaires, je rencontre aussi de jeunes étudiants issus d'universités roumaines tout à fait brillants, et qui sauront très vite s'adapter à la philosophie de n'importe quelle multinationale. De fait, dans plusieurs grands groupes avec lesquels je travaille, on me parle de plus en plus de jeunes managers roumains à haut potentiel qui sont intégrés dans des programmes internationaux.

Tout cela me fait penser que dans le prochain palmarès des managers les plus admirés du pays, il est fort probable que les premiè- res places soient enfin d'allure autochtone.

Dr. Michael Schroeder est life & business coach à Bucharest.

Source: Regard – Magazine Francophone de Roumanie - Regard 64, 
15 mars - 15 mai 2014

DU BON CÔTÉ

Selon une étude de la société d’audit PwC, 44% des dirigeants en Roumanie seraient très optimistes quant aux pers- pectives de croissance économique pour 2015. Un autre sondage, publié récemment par l’Institut Gallup, montre cependant que les Roumains sont, dans l'ensemble, très pessimistes. Leur score au « Happy planet index » se situe à un niveau plutôt bas. Parmi les 138 pays répertoriés...

QUITTER LA ZONE DE CONFORT

Zeitgeist en allemand signifie l’air du temps, l’époque dans laquelle on vit. Celle-ci est aujourd’hui marquée par l’instabilité et l’incapacité à prévoir ce qui se passera demain. Cela crée du stress, que ce soit dans notre vie personnelle ou professionnelle. Nous avons besoin de structures solides qui donnent de la stabilité, un sentiment de sécurité. Dans son ouvrage Games people play (1964), le...

What game is played in your company?

...
Ask for more