UN AUTRE MODELE

L’année dernière en novembre, le quotidien Ziarul Financiar a publié la liste des 100 managers les plus admirés de Roumanie. Résultat : il y avait presque un tiers d’étrangers dans ce palmarès. Pour la deuxième année consécutive, la première place était occupée par un étranger.

Quand je travaillais dans le domaine du recrutement, les candidats pour un poste de top manager me posaient souvent la question suivante: « Mon patron sera-t-il roumain ou étranger ? » Et beaucoup ne donnaient pas suite s'il ne s'agissait pas d'un supérieur hiérarchique expatrié. Mais depuis onze ans que je suis ici, j'ai observé quelques change- ments. Il me semble que la génération des Becali, Patriciu ou Columbeanu arrive à sa fin. Un très bon indicateur est que la couverture médiatique les concernant ne cesse de chuter ; ces personnes ne sont plus en vogue, ils ont perdu leur fonction de modèle, un modèle trop axé sur l'argent, l’égocentrisme, ne favorisant pas le partage et le respect de l’individu. Sans nul doute, la présence depuis plusieurs années de managers étrangers en Roumanie a beaucoup fait pour atténuer ce paradigme. Les managers roumains eux-mêmes ont senti qu'il fallait changer, être à l'écoute de l'autre, respecter davantage certaines valeurs et penser à long terme. Même s'il reste du chemin à parcourir, évidemment.

A noter par ailleurs une nouvelle « race » de mana- gers roumains : ceux qui ont fait leurs études à l'étranger pendant plusieurs années – et pas seulement un stage de quelques mois. Le tout est de savoir les garder ici en leur proposant des conditions de travail optimales. Ceci étant, lors de séminaires, je rencontre aussi de jeunes étudiants issus d'universités roumaines tout à fait brillants, et qui sauront très vite s'adapter à la philosophie de n'importe quelle multinationale. De fait, dans plusieurs grands groupes avec lesquels je travaille, on me parle de plus en plus de jeunes managers roumains à haut potentiel qui sont intégrés dans des programmes internationaux.

Tout cela me fait penser que dans le prochain palmarès des managers les plus admirés du pays, il est fort probable que les premiè- res places soient enfin d'allure autochtone.

Dr. Michael Schroeder est life & business coach à Bucharest.

Source: Regard – Magazine Francophone de Roumanie - Regard 64, 
15 mars - 15 mai 2014

AUSSI UN JEU

Début décembre, j’ai participé au « team building » interne d’une grande entreprise dans un hôtel non loin de Baile Tusnad (centre du pays). On m’a invité pour un séminaire sur les problèmes de communication. Très vite, j'ai vu comment certains des participants se sentaient plus à l'aise que d’autres et parlaient de leur travail avec fierté.
 Indépendamment de leur fonction,...

PLACE A L'EMOTION

Le monde du management n’a plus été le même à partir de 1995, quand le psychologue américain Daniel Goleman a publié son livre Emotional Intelligence and why it can matter more than IQ. Jusqu’alors, les recherches sur l’intelligence humaine se pen- chaient exclusivement sur le quotient intellectuel, et sur comment mieux le mesurer. Mais voilà que la vie des affaires notamment allait être chamboulée : une personne ayant beaucoup d’empathie, qui peut se mettre à la place des autres,...

Romania – a path to personal development

I came to Romania in 1977 already, my parents decided to go for unusual winter sport locations and so we found ourselves in a Tarom flight to Bucharest. At that time I was only 14 and have never been so far into Eastern Europe before. What a strange moment when we arrived at the airport, soldiers everywhere, I understood that this is not Austria or Germany here. After a night in a big communist hotel we left for Poiana Brasov by bus and I only remember how dark everything was looking through the...
Ask for more